Le Qur’ân et la Sunna selon la compréhension des Pieux Prédécesseurs


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie divers.

L’homme est un ennemi pour l’Homme

Le monde est fou : jour après jour, la nature se détériore par la main de l’homme. Chaque jour est une étape supplémentaire vers l’autodestruction. Cancer, SIDA, catastrophes naturelles, menace nucléaire permanente, disparition de certaines espèces animales et végétales, changement climatique, dépravation des mœurs et pollution sont autant de fléaux qui s’abattent singulièrement sur notre quotidien.

mainterre.jpg L'homme est un ennemi pour l'Homme dans divers pdf lhommeestunennemipourlhomme.pdf

 


L’homme sera « ressuscité » avec ceux qu’il aimait …!!!!!!

L’homme sera avec ceux qu’il aimait…

Mahabba

 

Assalâm ‘alaykoum wa rahmatoullahi wa barakâtouh

Voici une parole du Shaykh ‘Abdel-Karîm Al Khoudayr du comité des grands savants d’arabie.

Autour du hadith : l’homme sera « ressuscitreé » avec ceux qu’il aimait

(hadith unanimement reconnu comme authentique)

Un fichier audio à méditer et à mettre en pratique !

 


(traduit par notre frère bien aimé Abou-Khadîdja du site http://alghourabaa.free.fr adapté pour l’audio et légèrement révisé par Abou Ahmad)

L'homme sera l’homme _sera ressuscité_avec ceux_q’il_aimait_al_khoudayr


l’islam s’est répandu par le sabre?

Bismi Allah el Rahman el Rahim     Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux .

Est-ce vrai que l’Islam s’est répandu par le sabre ? Sheikh ‘Abd Al-Azîz ibn ‘Abdillah ibn Bâz ( ) Question : Pour plus de bénéfice, quel est votre commentaire sur la parole de celui qui dit : « l’Islam s’est répandu par le sabre », nous souhaitons répliquer à cette accusation par une réponse plutôt logique ?

Réponse : Cette parole est totalement inexacte, car l’Islam s’est répandu par l’appel à la religion d’Allah soubhanahou oua ta’ala (Ad-da’wa) et secondé par le sabre ! Le prophète nous a transmis l’Islam en le prêchant à la Mecque durant treize années, puis à Médine avant même de recevoir l’ordre de combattre. Les compagnons du prophète et les musulmans se sont ensuite dispersé sur terre et ont appelé à la religion d’Allah. Ils ont également combattu tous ceux qui se sont opposé à cet appel par le sabre parce que ce dernier n’est en réalité qu’un moyen opérant [pour défendre la religion] car Allah ta’ala a dit : «…Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, aussi bien que des utilités pour les gens… ». (Sourate Al Hadid – verset 25) et : «…Et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah… ». (Sourate Al-Anfal – verset 39). Donc, celui qui s’opposait à la religion d’Allah était combattu par les compagnons du prophète dans son propre intérêt et pour sa sauvegarde de la même façon qu’on imposerait à quelqu’un le respect de la loi en vigueur sans quoi il se verrait encourir une peine de prison ou exposer à une correction. Cela ne peut être en aucun cas considéré comme étant une forme d’injustice, on ne peut pas également nier où s’étonner qu’on puisse imposer le respect de l’application d’une loi provenant d’Allah [loi divine], surtout si celle-ci consiste à faire respecter le plus auguste et le plus respectable des droits d’Allah soubhanah, qui n’est autre que Son Unicité (At-Tawhid) afin qu’on délaisse la paganisme (Ash-Shirk) pour ne rien Lui associé. Allah soubhanah, à instauré le combat contre les idolâtres que par Miséricorde et afin de les combattre jusqu’à ce qu’ils n’adorent que Lui Seul et qu’ils délaissent l’adoration d’autre divinité en dehors de Lui (Son adoration). Il y en cela que leur propre salut ici bas et dans l’au-delà. Dieu est le Seul garant du succès.

Source : مجموع فتاوى و مقالات متنوعة الجزء السادس – Majmou’ Fatawas et maqalat moutanayi’a – volume 06

Traduction rapprochée :Ibn Hamza

 


CHEIKH AL ISLAM CHEIKH... |
LUMIERE DE DIEU |
ni Ombre ni Lumière |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Blog de la Médit'
| MON SAUVEUR M'AIME
| Islam